Retour sur la saison 2016 de :     NANS PETERS

Comment te sens tu avant de débuter ta première saison chez les pros ?

J'ai hâte de découvrir le monde professionnel. Rien que de voir qu'on part 10 jours en stage en Espagne en Décembre je vois que les changements vont être brutaux mais je m'y suis préparé psychologiquement. Les compteurs sont remis à 0, rien n'est acquis, tout est à prouver, à moi de saisir ma chance, d'avoir confiance en moi et de montrer le coureur que je suis, même chez les pros. J'ai repris l’entraînement dernièrement et je sens que je suis entre de bonnes mains. CCF état déjà très bien, mais chez AG2R La Mondiale c'est encore mieux alors j'ai tout pour réussir!

 

Tu as participé au stage à Vaugany avec eux. Comment s'est passée ton intégration ?

Ca s'est très bien passé. Nous avons pratiqué de multiples activités en commun qui nous ont permises de nous rapprocher les uns les autres. Les « anciens » sont très ouverts, le feeling passe bien entre eux et moi, je n'ai aucun complexe vis-à-vis de coureurs à palmarès comme Riblon, Franck, Geniez, Cherel, etc... et inversement ils restent humbles et n'ont pas la prétention d'écraser les petits néo-pro. Je suis confiant pour la suite !

 

Quel souvenir gardes-tu des mondiaux de cyclisme à Doha ?

C'était ma dernière sélection en équipe de France Espoirs. Cette équipe m'a fait vivre des moments forts, principalement en 2015 sur le plan personnel, mais aussi en 2016 pour le collectif. Je tenais à assumer mon rôle de « capitaine de route » jusqu'au bout. Pour ce qui est du championnat du monde de Doha, c'était un peu particulier puisque nous savions d'avance que nous ne nous présentions pas avec les meilleurs coureurs du peloton au départ. Nous avons tenté un coup de force avant le sprint, il faut savoir jouer avec ses cartes. Cela n'a pas marché mais la course n'est pas un échec, il fallait tenté, c'était notre seul moyen d'espérer gagner. Sur une telle course il ne sert à rien de faire une placette qui nous était accessible, seul le titre compte.

 

Que retiens-tu de tes quatre saisons au CCF ?

J'ai passé 4 années extraordinaires. Sur le plan sportif comme humain je garderai de nombreux souvenirs très agréables avec toute une équipe qui sait être forte sur le vélo et agréable à vivre au quotidien. Les coureurs habitent ensemble, c'est une expérience inoubliable durant laquelle on créé des liens forts, ce sont plus que de simples coéquipiers et c'est ce qui fait notre force malgré notre jeune âge au sein du peloton. L'encadrement est structuré, on sait où on va, tout est fait pour réussir, il est très plaisant de s'entraîner dans de telles conditions.

 

Quel est le moment qui t'a le plus marqué ? Comment évalues-tu ta saison 2016 ?

Mes meilleurs instants à CCF resteront ceux vécus en 2015. J'étais dans une spirale vertueuse toute la saison. J'ai gagné d'entrée de jeu coup sur coup mes 2 premières courses. Je n'avais ensuite aucune pression même si j'étais attendu et surveillé. J'ai atteint un niveau qui m'a permis de participer à de grosses courses qui m'ont faites progresser encore un peu plus, tout fonctionnait, c'était super! J'ai performé en début de saison sur des classiques de renom tel que le Tour des Flandres, un podium sur le championnat de France amateur, une 4ème place sur le relevé Tour de l'Ain dans l'été… Je visais toujours plus haut et ça marchait !

Concernant 2016, c'était plus compliqué. Jusqu'au premier weekend de Juin tout fonctionnait comme prévu, je progressais, j'avais gagné une Elite, chose que je n'avais fait jusqu'alors et que je m'étais fixé comme objectif. C'était déjà un peu compliqué du fait que j'avais signé chez AG2R La Mondiale à l'avance, j'étais plus surveillé et je me livrais plus facilement au service de mes coéquipiers mais ça allait encore. Puis lors de la Course de la Paix début Juin j'ai déclenché une tendinite. A partir de cette date je n'ai plus suivi les coupures planifiées mais celles qui m'étaient imposées pas des pépins physiques. D'abord donc cette tendinite puis une rechute de la tendinite en fin de mois et enfin une chute sur la Tour de l'Ain au mois d’Août qui m'a coûté cher jusqu'à la fin de saison avec une forme en dents de scie. J'ai persisté à continuer après cette chute ce qui m'a beaucoup fatigué. Avec le recul je me dis que j'aurais dû abandonner et repartir sur de bonnes bases et de la fraîcheur. En résumé, une saison difficile.

 

Ça fait quoi de remporter la Coupe de France DN1 ?

Je suis fier d'avoir pu contribuer à cette victoire. C'est une première dans l'histoire de CCF. Nous avons battu beaucoup de records cette saison avec le club, c'est le reflet d'un groupe soudé, motivé, uni, fort et homogène. Nous sommes jeunes dans le peloton, nous avons encore beaucoup à apprendre mais nous persistons et l'envie de bien faire est une force !

 

Qu’espères-tu pour ta première saison avec l'équipe professionnelle AG2R La Mondiale ?

J'espère franchir la marche qui sépare le monde amateur du professionnel le plus rapidement possible. Le but est d'acquérir le plus d'expérience et de force possible à travers des courses WorldTour tout en gardant le goût à la bataille finale sur des courses d'un niveau moindre. Je vais progresser à mon rythme sans brûler les étapes. A terme l'objectif est de pouvoir peser sur les courses de niveau WorldTour.

 

Que peut-on te souhaiter pour cette année ?

Que je m'épanouisse dans mon nouveau statut de coureur cycliste professionnel et que je sois fort !

 

 

A bientôt !

Nans

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam.

 

 

Chambéry Cyclisme Formation

Centre de formation de l'équipe AG2R LA MONDIALE

 

211 Chemin des écureuils

73000 CHAMBERY

 

Tel : 04.79.33.23.09

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CHAMBERY CYCLISME FORMATION