Hushovd, Barguil, Cosnefroy et APP

Aurélien Paret-Pentre au départ d'Annemasse - Photo : Zoé Soullard

Dimanche 25 mars, Aurélien Paret-Peintre a remporté la doyenne des courses élites française, Annemasse-Bellegarde. Après avoir tourné autour de la victoire ces dernières années, il ajoute son nom au palmarès d'une épreuve qui a vu les victoires de coureurs comme Thor Hushovd, Warren Barguil ou Benoît Cosnefroy.

Aurélien, peux-tu nous raconter cette course ?

C'était une très belle journée, pour moi d'abord et pour l'équipe qui a bien manoeuvré, et épaulé dans tous les coups. Tout le monde a su se sacrifier et mettre la main à la patte pour remporter cette course. C'est une grande satisfaction collective et personnelle.

Comment se sont passés les derniers kilomètres ?

Dans la dernière bosse, à cinq kilomètres de l'arrivée, j'ai tenté ma chance. Je me suis accroché. Je connais bien le final qui est très rapide. On était sept ou huit. Je savais qu'il y avait de bons sprinteurs dans le groupe, j'ai su me laisser emmener jusqu'à 150-200 mètres de la ligne. Les autres se sont un peu endormis derrière moi. Ils ont lancé tôt le sprint qui était en faux-plat descendant. Il n'y a personne qui m'a remonté, même si c'était un peu juste avec le second (sourires).

"Ce qu'ils ont fait dimanche a été parfait"

Il y a eu un gros boulot de tes coéquipiers, c'est un plan sans accro ?

C'est vrai que depuis le début de la saison je suis un coureur protégé sur les courses, toute l'équipe roule depuis plusieurs semaines dans mon sens et pour moi, donc je suis content de récompenser leur travail. Ce qu'ils ont fait dimanche a été parfait. Tout le monde était concentré et concerné. Il n'y a pas eu de grains de sable dans la mécanique.

C'est une victoire chez toi, devant ta famille et tes partenaires. C'est quoi l'émotion qui domine ?

Je ne sais pas, au début je ne réalisais pas franchement que j'avais gagné cette course. J'étais content, c'est une course qui tient à ma famille, à l'équipe aussi vu que c'est une belle classique de la région. Beaucoup de monde sont venus partager ça avec moi. C'était un très bon moment, oui !

Il y a eu beaucoup d'engouement autour de cette victoire. Tu as reçu plus de messages que pour ton anniversaire ?

(Rires). Oui, je suis habitué à l'engouement chaque année autour de cette course. Je ne m'attendais pas à ce qu'autant de gens me félicitent et soient content pour moi. Cela rajoute de l'émotion à la victoire. D'ailleurs, s'il y en a à qui je n'ai pas encore répondu : Merci !

"Il s'est un peu emballé"

Et notre DS, Clément Dupuy, qui annonce qu'après ça, il peut démissionner !

Oui c'est vrai qu'il commence à avoir un sacré palmarès en tant qu'entraîneur sur cette course. Après, je pense qu'il s'est un peu emballé en parlant de démission sinon il ne pourra pas refaire la même l'an prochain au départ ! (Rires).

Passer au palmarès après Thor Hushovd (1999), Kenny Elissonde (2011), Warren Barguil (2012), Guillaume Martin (2015) Benoît Cosnefroy (2016) ou encore Frédéric Brun (2013/2017), cela fait plaisir ?

Oui c'est sûr. C'est une course qui est vraiment réputée, avec un beau palmarès. Il n'y a pas beaucoup d'Annemassien qui l'ont remporté. Je roule souvent avec Frédéric Brun, qui a été professionnel chez Fortunéo. Donc oui, ça fait plaisir de passer après ces noms là. Je suis super content !

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CHAMBERY CYCLISME FORMATION